Presentation de la Federation Equestre Algerienne

30 décembre 2008

FEDERATION 

EQUESTRE 

  

ALGERIENNE  Adresse : 148, Avenue de l’A.L.N. Caroubier Alger Tél : 021.49.74.00  Fax : 021.49.81.06 

Web : http// :fea.org.dz  E-Mai : algerian.equestrian@hotmail.fr

   logo.bmp  chevalenpeinture.jpg

SITUATION 

ET PERSPECTIVES 

DE DEVELOPPEMENT

 

 

Présentation de la Structure Fédération Equestre Algérienne 

*       Dénomination de l’Association : Fédération Equestre Algérienne *       Date de déclaration de constitution : 1963 F.A.S.E 

*       Date et N° de récépissé de déclaration de la modification des statuts : N° 17 du 20 Août 1995 par le Ministère de l’Intérieur *       Date de renouvellement du Bureau Fédéral : 23 Décembre 2004 

*       Date de renouvellement du Président : 14 Février 2008 *       Numéro de Compte et domiciliation bancaire : 16 50 029 J – BEA – Pins – Maritimes Palais des Expositions Alger 

*       Date d’affiliation aux instances sportives Internationales concernées : ü  1963 / Fédération Equestre Internationale 

ü  1992 / Fédération Equestre Arabe ü  1978 / Union Internationale Pentathlon 

ü  1987 / Organisation Mondiale du Cheval Barbe. I – Préambule : 

C’est en tenant compte de la spécificité des sports équestres, seul sports mettant en relation deux êtres vivants, et nos propres expériences vécues sur le terrain, que notre vision du développement de l’équitation Algérienne, est conçue selon le schéma, dont les grandes lignes sont définies, ci-après, dans cet exposé, mais, avant de les aborder en détail, il est utile de tracer brièvement l’historique du développement équestre en Algérie sur les vingt dernières années. II – Aperçu historique sur la FEA

Au début des années quatre vingt, le Gouvernement Algérien, s’est intéressé particulièrement au développement du secteur équin, dans toutes ses composantes; c’est alors, qu’un certain nombre de textes réglementaires, initiés par le Ministère de l’Agriculture, ont été adoptés par le Conseil des Ministres, réuni le 25 Juin 1985, sous la présidence de Monsieur le Président de la République de l’époque. Ces textes élaborés par un groupe d’experts et professionnels du secteur du cheval en Algérie, devaient permettre la mise en place d’un système d’organisation du secteur équin, qui devait trouver son assise de développement sur trois entités, à savoir :            

1-       S.C.H.P.M., Société des Courses Hippiques et du Pari Mutuel (décret n° 87-17 du 13 Janvier 1987), devait jouer le rôle de pourvoyeur de fonds du monde du cheval, à travers les ressources générées par le PMU, c’est à dire la prise du pari sur les courses de chevaux. 2-       O.N.D.E.E., Office National du Développement des Elevages Equins (décret n°86-263 du 21 Octobre 1986) institution ayant pour rôle, l’administration des haras, l’encouragement de l’élevage équin et la préservation du patrimoine génétique des races chevalines

3-       F.E.A., Fédération Equestre Algérienne (décret n° 87-16 du 13 Janvier 1987, est reconnu d’utilité publique), institution ayant en charge la promotion et préservation des traditions équestres ancestrales de notre pays, ainsi que le développement des disciplines équestres sportives au plus haut niveauTout ce schéma d’organisation, qui semblait être sans failles au départ, a été compromis en raison de plusieurs facteurs, notamment la chute drastique des ressources financières générées par le PMU, causant un vrai malaise à travers tout le secteur équin. 

III – Organisation et fonctionnement de la FEA :  La Fédération Equestre Algérienne, étant une organisation associative, intervenant dans plusieurs secteurs, notamment l’Agriculture, pour ce qui a trait au cheval, et le Sport, en ce qui concerne les activités équestres à caractère olympique, la FEA, est régie par les textes, ci-après : 

§   Décret n°87-16 du 13 Janvier 1987, organisant les activités équestres et reconnaissant d’utilité publique la FEA. §   Loi n°90-31 du 04 Décembre 1990, relative aux associations, 

§   Loi n°04-10 du 14 Août 2004, relative à l’Education Physique et aux Sports, §   Décret exécutif n°97-376 du 08 Octobre 1997, fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement des fédérations sportives, 

§   Décret exécutif n°02-76 du 21 Février 2002, modifiant et complétant le décret exécutif n°97-376 du 08 Octobre 1997, fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement des fédérations sportives, §   Arrêté n°056 du 01 décembre 2004, portant approbation des Statuts de la Fédération Equestre Algérienne. 

§   Les Statuts de la FEALes organes de direction de la FEA, sont les suivants : 

·          L’Assemblée Générale, regroupant les ligues de wilayas et Centres Equestres. ·          Le Bureau Fédéral, constitué de quinze Membres, dont douze élus

·          Le Président. ·          Le Secrétaire Général 

·          Le Directeur Technique National  Par ailleurs, la fédération est dotée d’une structure technique et administrative permanente, de vingt quatre (24) employés, dont trois sont pris en charge par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Bureau Exécutif : Date de renouvellement du bureau : 23 décembre 2004 

N°  Fonctions  Noms et Prénoms  Statuts  Observations 
02  Vice Président  BENKHEDIR Kheiedine  Président d’A.P.C (Hamamet Tebessa)   
03  Vice Président  BOUAKKAZ Ahmed  Inspecteur Vétérinaire Principal(Tiaret)   
04  Secrétaire Général  BOUZENAD Nadir  Fonctionnaire M.J.S   
05  Membre  ZERHOUNI Mounir  Docteur Vétérinaire (Privé)   
06  Membre  HOUAM Hafnaoui  Ingénieur agronome à la retraite   
07  Membre  HAMADACHE Youcef  Gestionnaire Clinique Privée   
08  Membre  DAOUD Abed  Cadre de
la Jeunesse en retraite 
 
09  Membre  BESSAÏH Djelloul  Inspecteur des Impôts   
10  Membre  BOUALI Abdellah  Cadre dirigeant entreprise privée   
11  Membre  KEBIR Abdelkader  Secrétaire Général Chambre Agriculture   
12  Membre  SEBIANE Fahima  Professeur d’Anglais   
13  Membre  CHETTIH Abderahmane  Cadre de
la Jeunesse en retraite 
 

1/ Situation de l’Organigramme mis en place : (Réf. Instruction n°003/153/SPM du 18 avril 2006, relative à l’organisation interne des fédérations et ligues sportivesa/ Etat des services et fonctions occupées :

Organisation des structures permanentes de
la F.E.A, sous l’autorité du Président 
Directeur du Contrôle et dela Gestion Financière 

Secrétariat Général 
Direction Technique Nationale 

Bureau Suivi et Contrôle des structures affiliées 
Bureau Comptabilité et gestion Financière 
Chargé de
la Communication et  Marketing 
Bureau Gestion Administrative 
Chargé du Courrier 
Bureau Moyens et Matériels 
Secrétariat D.T.N 
Service Equipes nationales 
Service de la promotion et de la prise en charge jeunes talents 
Service Développement Sportif et Formation 
Service Organisation Sportive et Compétition 
Chauffeurs 
Magasinier 

a.1 / Personnel au niveau du siège : 

N°  Noms & Prénoms  Fonction  Employeur 
1.                     BOUZENAD Nadir  Secrétaire Général  M.J.S 
2.                     IDIRENE Mohamed  Service de l’Organisation Sportive et de Compétition  M.J.S 
3.                     BELABBAS Yasmina  Service Développement Sportif et Formation  F.E.A 
4.                     DJENDER Lounes  Assistant du Président de la F.E.A  F.E.A 
5.                     FENNICHE Hocine  Chef de bureaux moyens et matériels  F.E.A 
6.                     MAMERI Amel  Chef de bureau Gestion Administrative et Courrier  M.J.S 
7.                     BOUDJEMAÏ  Walid  Chef de bureau Comptabilité et Gestion Financière  F.E.A 
8.                     BENFERHAT Morad  Entraineur national d’Endurance  F.E.A 
9.                     MEZIANE Djamel  Entraineur national saut d’obstacles  F.E.A 
10.                  DAOUDI Mohamed  Secrétaire de la D.T.N  F.E.A 
11.                  HAFSSI Mohamed  Chauffeur VL  F.E.A 
12.                  ZAÏT Amar  Chauffeur VL  F.E.A 
13.                  BAGADI Abdelkader  Chauffeur Van  F.E.A 
14.                  MENAS Karim  Chauffeur Van  F.E.A 
15.                  BOUDJEDAA Ibtissem  Agent d’entretien  F.E.A 

a.2 / Personnel mis à disposition des clubs équestres : 

N°  Noms & Prénoms  Fonction  Employeur  Affectation 
16.                  BOUCHEHAM Abdemalek  Moniteur  F.E.A  CH Constantine 
17.                  MAHFOUDIA Toufik  Moniteur  F.E.A  CHP Mohammadia 
18.                  MAHI El Hadj  Moniteur  F.E.A  CEA Tiaret 
19.                  NETTOUR Abdelmadjid  Moniteur  F.E.A  CE Skikda 
20.                  KELLACHE Brahim  Moniteur  F.E.A  CHM Blida 
21.                  BOUMEHDIOU Hocine  Moniteur  F.E.A  CHM Blida 
22.                  BENMOHAMED Yacine  Moniteur  F.E.A  CH Mostaganem 

Principes de la F.E.A. :  La Fédération Equestre Algérienne (F.E.A.) : §  Encourage la pratique de l’équitation moderne et traditionnelle au niveau national, 

§  Encourage la promotion des activités artisanales et culturelles liées au cheval (bourrellerie, maréchalerie.) Etc.),  ainsi que toutes autres activités associées à celle du cheval, notamment l’utilisation des sloughis et des faucons. 

§  Encourage et soutien l’organisation des manifestations et compétitions équestres nationales et internationales, §  Encourage et soutient les actions de formation des cavaliers et de l’encadrement, 

§  Assure la transmission et veille à la mise en œuvre des orientations et directives du Ministère chargé de l’Agriculture et du Ministère de la Jeunesse et des Sports en ce qui concerne la promotion de toutes activités équestres, §  Prépare les sélections nationales en vue de leurs participations aux compétitions et manifestations équestres internationales. 

§  Encourage la concertation permanente et la communication entre les différentes structures qui lui sont affiliées et avec ses partenaires, §  Est transparente dans ses décisions ainsi que concernant l’utilisation des moyens mis à sa disposition, 

§  Œuvre à la promotion du fair-play, et de l’étique sportive dans le milieu équestre. Disciplines encadrées : 

La Fédération Equestre Algérienne exerce par délégation du Ministre chargé des Sports et du Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, une mission d’utilité publique et d’intérêt général. A ce titre, elle est chargée notamment de promouvoir, d’organiser, d’animer, de développer à l’échelon local, national, et international les activités équestres traditionnelles et sportives, notamment les disciplines de : §  Jeux équestres traditionnels (Fantasia..etc.), 

§  Saut d’obstacles (Discipline olympique), §  Dressage (Discipline olympique), 

§  Concours complet (Discipline olympique), §  Raids d’endurance, 

§  Voltige, §  Hors-ball, 

§  Tourisme et loisir équestre. A signaler aussi que les activités liées aux dromadaires, représentent un intérêt pour la Fédération, en attendant une organisation qui leur serait spécifique. 

Structures affiliées : Avec 25 centres d’équitation sportive et 150 associations équestres traditionnelles, la Fédération Equestre Algérienne, est présente sur une quarantaine de wilayas, à travers le territoire national, regroupant plus 4000 cavaliers et 4000 chevaux, toutes disciplines équestres confondues.   

Situation juridique des Infrastructures :     Région OUEST 

N°  Centres  Equestres  Situation juridique de l’assiette foncière 
01  Tlemcen  Bien de la commune 
02  Tlemcen (Meghnia)  22 H 45A 60Ca Bien de l’Etat 
03  Sidi Bel Abbes ‘’Mihmez’’  4Ha 36A 68Ca Bien de l’Etat en vertu de l’ordonnance 66-102 du 06.05.1966. 
04  Sidi Bel Abbes ‘’Mostefa Benbrahim’  24Ha 04A 59Ca Bien de l’Etat en vertu de l’ordonnance 66-102. Affecté à la coopérative CODEC Par arrêter du  Wali n°1191 du 15.02.1988 
05  Mascara  7Ha 56A 25Ca Terrain domanial affecté à la conservation des forets par arrêter du Wali du 31.12.2001 et immatriculé au nom du centre équestre dans le cadre des travaux de cadastre général (section 5 îlot 30) 
06  CEAT Tiaret  03Ha 25 A Appartient à l’état, affecté à la jumentrie ‘’Chaouchaoua’’ suivant acte 56 enregistré le 09.05.1874 et l’acte 104 enregistré le 27.12.1910 et l’acte 111 enregistré le 22.10.1917 au sommier des consistances n°11. A été affecté par arrêté du Wali n°247 du 26.06.1993. P.V de réception en date du 19.10.1993, enregistré au sommier des consistances n°11 sous l’article 287. 
07  A.S.C.M.Oran  Domaine Militaire 
08  Etrier Oranais  Bien de la commune d’Oran, en vertu de l’acte notarié du 08.10.1928 
09  Mostaganem  16Ha 30A 63Ca Bien de la commune de Sayada, immatriculation définitive dans le cadre des travaux de cadastre général (section 11 îlot 72) 
10  Chlef  5Ha 33A 60Ca Partie du domaine forestier lieu dit Lala Aouda consigné à l’article 24 du sommier de consistance 1bis. 
11  CLSE Tiaret  Domaine forestier 
12  Village équestre ‘’Khaled Ibn El Walid ‘’ Tiaret 
13  Terrain de Fantasia d’El Bayedh 
14  Terrain de Fantasia de Mostaganem 

Région CENTRE 

N°  Centres  Equestres  Situation juridique de l’assiette foncière 
15  Caroubier  Bien de l’Etat. Géré par l’Office des Parc des Loisirs de la Wilaya d’Alger 
16  C.H.P.Mohammadia  3Ha 65A Bien de l’Etat. En voix d’Expropriation 
17  Bordj El Bahri  9Ha 36A 27Ca Acheté par le Groupe Sonatrach auprès des domaines. 
18  Zeralda  Bien de l’Etat. Géré par l’entreprise de gestion touristique de Zéralda 
19  Bainem  Domaine forestier 
20  C.H.M.Blida  7Ha 65A 74Ca Bien de l’Etat en vertu de l’ordonnance 66-102 du 06.05.1966. 
21  Ain-Defla  4Ha 50A Bien de l’Etat en vertu de l’ordonnance 66-102 du 06.05.1966. 
22  Corso  5000 M2Terrain sur lequel sont édifiées 4 écuries de 160 M2 chacune et une loge de gardien de 72,5  M2. Bien de l’Etat en vertu de l’ordonnance 66-102 du 06.05.1966. Cet ensemble immobilier est situé à l’intérieur de la zone d’expansion touristique et est occupé sans titre par le club hippique 
    11 750 M2Terrain situé au littoral. Bien de l’Etat en vertu de l’ordonnance 66-102 du 06.05.1966. Cet ensemble immobilier est situé à l’intérieur de la zone d’expansion touristique et est occupé sans titre par le club hippique 
23  Garde Républicaine  Domaine Militaire 
24  C.L.F. 1°R.M.  Domaine Militaire 
25  EPS Soumaa 
26  C.E. Mahelma 

Région EST 

N°  Centres  Equestres  Situation juridique de l’assiette foncière 
27  Skikda  1Ha 50a Bien de l’Etat, géré par la commune de Hamadi Krouma 
28  Bejaia  13 ha 70 A 42 Ca Terrain situé sur le territoire de la commune de Boukhlifa, Daira de Tichy. Ex société Damas, dévolu à l’état en vertu de l’ordonnance n°66-102 du 06.05.1966, intégré dans la C.A.A.M (D.A.S ‘’Atmani Cherif’’), attribué suivant arrêté du Wali n°878 du 28.10.1987 au profit du Club Hippique, loué par l’état à ce dernier pour une durée de 03 ans, à partir du 01.01.1995. Les dispositions de l’arrêter Wali n°878 sus-visé ont été rapportées par le Wali suivant arrêté n° 2000 du 01.03.2000. 

Actuellement le terrain se trouve en situation contentieuse avec un particulier ayant bénéficié d’une sous location, d’une partie du terrain (3Ha) de la part du Club Hippique, suivant bail du 11.05.1998, dressé par Maître Mohand Cherif Hassina, Notaire à Bejaia. Un arrêté de la Cour a été prononcé en date du 07.01.2004, sous le n°545, en vue de l’expulsion du Club Hippique ainsi que le sous locataire. 

29  Constantine  4Ha 67A 48Ca Propriété de l’Etat 
30  N.C.F.Annaba  5Ha 7A 16Ca Bien de l’Etat en vertu du décret 63/388 ex-ferme Boyoux, concédé pour 40 ans à la commune d’Annaba suivant arrêté du Wali n°957 du 16.05.2000. 
31  Batna  02Ha 31 A 55Ca Appartient à l’état en vertu de l’ordonnance n°66-102 du 06.05.1966 (ex- propriété Karouby).  Affecté au M.D.N par arrêté n°257 du 17.02.1993, puis désaffecté par arrêté n°53 du 20.01.1996 Sollicité par la commune de Fesdis, suivant délibération du 02.05.2000 – opération non concrétisé à ce jour. 

    8400 M2 Appartient à la commune de Fesdis suivant acte d’échange en date 29.12.1982, publié le 04.01.1983, volume 790 n°25  En ce qui concerne la propriété revenant à la commune de Fesdis, un litige opposant cette dernière à M. Benhamida Abdellah au sujet de l’occupation par celui-ci d’une habitation sise dans l’enceinte du centre. Les actions en justice engagées par les deux parties au conflit n’ont pas abouti à ce jour 

32  El-Tarf  Domaine forestier 
33  Bordj Bou Arréridj  33Ha 
34  Biskra  Bien communal 

IV – Perspectives de développement :   

Aujourd’hui, on peut classer les priorités de l’action fédérale comme ci-après, mais toutes subordonnées à la mobilisation de moyens financiers et matériels conséquents, ainsi que la participation de tous les organismes liés d’une manière directe ou indirecte au secteur du cheval. ·        Intensification de la pratique équestre moderne et traditionnelle. 

·        Formation des encadreurs. ·        Relance des équipes nationales, cadets, juniors et seniors. 

·        Réhabilitation des infrastructures. ·        Acquisition des équipements spécifiques   

1 – Intensification de la pratique équestre moderne et traditionnelle : L’intensification des activités équestres modernes et traditionnelles, à travers tout le territoire national, a connue un développement satisfaisant, à la faveur de l’organisation en moyenne d’une trentaine de manifestations par an, dont une centaine d’épreuves toutes disciplines équestres et catégories confondues, en plus du redéploiement international ces dernières années, par l’organisation et la participation à des compétitions internationales, avec des résultats plus qu’honorables, ainsi que la venue en Algérie de plusieurs experts étrangers pour l’encadrement de différents stages de formation. 

La multiplication des activités a permis l’enregistrement d’une croissance en nombre de pratiquants qui s’élève, à plus de huit mille cavaliers et six mille chevaux enregistré au niveau des clubs et ligues équestres. L’équitation traditionnelle, étant constituée principalement d’éleveurs et propriétaires de chevaux et dromadaire, généralement implantés dans des zones rurales, doit bénéficié d’un programme de développement spécial, soutenu par le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural. La Fédération avec le peu de moyen dont elle dispose essaye pour sa part de relancer les activités équestres traditionnelles, selon une nouvelle réorganisation zonale, souvent avec l’aide des autorités locales. 

Néanmoins, il est important que les différentes directions de la jeunesse et des sports et de l’agriculture des wilayas concernées, contribuent d’une manière plus significative à l’encadrement et au soutien des ligues par l’affectation des locaux, personnel administratif et subventions. 2 – Formation : 

Depuis plusieurs années, la formation constitue dans le programme de la fédération l’une des priorités. Plusieurs actions de formation et de valorisation des ressources humaines, ont été réalisées. Néanmoins, un grand déficit reste à combler, notamment, la formation des athlètes et encadrement de haut niveau, qui ne peut être réalisée en Algérie pour le moment, par manque de moyens et encadrement qualifie et surtout les infrastructures et équipements spécifiques. Il s’avère aujourd’hui nécessaire de lancer la création d’une école nationale d’Equitation et des métiers liés au cheval, avec le soutien de cinq ministères (Défense Nationale, Jeunesse et Sports, Agriculture, Formation Professionnelle et Culture). Ce grand projet a plusieurs objectifs, entre autres, de permettre la professionnalisation de la discipline, création d’un espace de regroupement de l’élite nationale et centre de recherche pour la promotion et le développement des disciplines équestres. 

Les actions de formation dans le domaine de l’équitation se répartissent comme suit : A – Formation des cadres 

B – Formation des athlètes et chevaux C – Formation des officiels 

D – Formation aux corps de métiers liés au cheval A – Formation des cadres : l’on distingue deux catégories de cadres : 

a.1 – L’encadrement technique : La formation de techniciens spécialisés, permettra de doter les centres équestres de ressources humaines qualifiées, à même d’assumer le rôle d’enseignement de la pratique équestre, selon une vision moderne et scientifique. Cette formation, peut être effectuée à l’institut national de formation du sport d’Ain-Benian, notre souhait est de réaliser ce projet avec l’aide du Ministère de la Jeunesse et des Sports, d’une manière régulière en vue de résorber le déficit en la matière. 

A signaler, qu’une opération similaire a été réalisée durant la période 1993 à 1998, à l’ISTS de Dely Brahim, qui a aboutie à la formation de trois conseillers aux sports, dont deux sont en activité au sein de la fédération. La non garantie de l’emploi, après la formation, a constitué un facteur décourageant les éventuels candidats à cette formation, c’est pourquoi, la filière sport équestre au sein de l’ISTS a été supprimée, faute de candidats. Nous sommes aujourd’hui confrontés à un problème épineux. D’une part, le déficit en encadrement technique qualifié, et d’autre part, l’absence de filières sports équestres au sein des instituts de  formation spécialisés, c’est à ce titre, que nous avons évoqué ci-dessus, la nécessité pour le Ministère de la Jeunesse et des Sports de nous accompagner dans ce processus.       

a.2 – l’encadrement gestionnaire des structures équestres Si la formation des dirigeants bénévoles, trouve sa solution dans le programme des cours, initiés actuellement par la fédération, il demeure important, que les directions de la jeunesse et des sports s’impliquent davantage dans le soutien des ligues et Centres Equestres, par l’affectation de directeurs méthodologiques formés, pour la gestion des structures équestres. 

Quant à la gestion des fédérations sportives nationales, permettez nous de formuler la proposition suivante : Formation spécialisée alternée de tous les Secrétaire Généraux et Directeurs Méthodologiques des fédérations sportives, à l’I.S.T.S, pour un Diplôme d’Enseignement Supérieur Spécialisée en Gestion des organisations sportives. La durée de cette formation, peut être réalisée en quinze mois, en alternance (une semaine bloquée par mois), sans perturber le fonctionnement des fédérations.        

B – Formation des athlètes et chevaux : La multiplication des stages de perfectionnement équestre et la formation des cavaliers de haut niveau peuvent donner des résultats probants avec le soutien des experts étrangers. Néanmoins, les opérations sont limitées dans le temps et coûtent chère. 

C – Formation des officiels : Grâce à des actions multipliées auprès de la fédération équestre internationale, nous avons pu faire bénéficier nos juges, chefs de piste et officiels de terrain, de stage de qualification et de perfectionnement. Néanmoins, il reste beaucoup à faire dans ce domaine, pour rehausser le niveau, où il est nécessaire de faire participer, nos officiels,  à des compétitions internationales.   

Nom et Prénoms  Grade  Spécialité 
HAMADACHE Youcef  Juge International  Saut d’Obstacles & Endurance 
SEBIANE Fahima  Juge International  Saut d’Obstacles 
HAMDOUNE Djamel  Juge International  Saut d’Obstacles 
BOUZENAD Nadir  Candidat Juge International  Saut d’Obstacles 
MEGRAD Abdelkader  Candidat Juge International  Saut d’Obstacles 
KERDJADJ Youcef  Candidat Juge International  Saut d’Obstacles 

D – Formation aux corps de métiers liés au cheval : La maréchalerie, la bourrellerie ainsi que la formation de palefreniers, sont des métiers indispensables pour le développement de la filière équine. C’est pourquoi, nous préconisons une intervention intersectorielle, pour la création de ces filières, au sein des centres de formation professionnelle, ou bien les instituts d’agronomie, ou bien à l’école nationale d’équitation si elle venait à être mise en place.    

3 – Equipe nationale : Longtemps absente de la seine internationale l’équipe nationale de saut d’obstacles, s’est reconstituée à la faveur des échéances internationales, tels que les jeux sportifs Arabes 2004, sanctionnés d’une médaille d’Argent. Cet élan s’est confirmé à l’occasion des 9ème Jeux Africains 2007 à Alger, avec quatre médailles d’Or et deux en Argent, dans les deux discipline saut d’obstacles et endurance. 

L’existence d’un potentiel appréciable de cavaliers de haut niveau, conjugué aux efforts déployés par la fédération, ainsi que la dynamique qui caractérise la scène équestre ces dernières années, nous amène à espérer une représentation honorable de notre discipline dans les prochaines échéances, pourvu que les moyens nécessaires soient mobilisés à temps. 4 – Moyens et Infrastructures : 

L’équitation Algérienne, accuse un grand déficit, en matière d’infrastructures adaptées à la bonne évolution des disciplines équestres, et les rares qui existent, se trouvent dans un état délabré, et souvent confrontées à des convoitises diverses, en raison de la non définition de la nature juridique de leurs terrains d’assiettes. C’est pourquoi, la FEA, n’avait cessé depuis 1995, de réclamer l’assainissement de cette situation. Plusieurs lettres ont été adressées aux différentes autorités publiques concernées sans que cette affaire ne puisse aboutir à des décisions concrètes, c’est à dire la concession de ces centres au profit de la fédération ou des associations qui sont déjà domiciliés. 

Il devient urgent, de sensibiliser les Ministères de l’Intérieur et des Collectivités Locales et de la Jeunesse et des Sports, pour prendre des mesures conservatoires permettant la préservation de ce qui existe déjà et éventuellement la planification d’un programme de réhabilitation des centres équestres, à moyen terme en relation avec les autorités locales.  Le cas du centre équestre du Caroubier, qui se trouve dans un état préoccupant est édifiant. Cette infrastructure, gérée par un organisme de la wilaya d’Alger (O.P.L.A), il serait plus judicieux de l’affecter à la Fédération Equestre Algérienne pour quelle puisse s’en servir comme centre de regroupement des équipes nationales et école de formation. Etat des Infrastructures :     

N°  CENTRE EQUESTRE  WILAYA  ETAT ou BESOINS 
01  Tlemcen  Tlemcen  Nécessite un investissement dans les tribunes et carrières. 
02  Mihme El Abbassi  Sidi Bel Abbes  Nécessite une réhabilitation complète. 
03  Mascara  Mascara  Nécessite une réhabilitation complète. 
04  Tiaret  Tiaret  Nécessite quelques aménagements aux écuries, tribunes publiques 
05  A.S.C.M.Oran  Oran  Bon état. Mais non exploité 
06  Senia  Oran  Nécessite une réhabilitation totale. 
07  Mostaganem  Mostaganem  Bon état, des investissements sont en cours de réalisation. 
08  Ain-Defla  Ain-Defla  Nécessite une réhabilitation complète. 
09  Zeralda  Alger  Nécessite des tribunes publiques et du jury, ainsi qu’une extension des boxes et carrières 
10  Caroubier  Alger  Nécessite une récupération par le M.J.S, pourrait être aménagé en école nationale d’équitation 
11  Garde Républicaine  Alger  Très bon état. 
12  C.H.P.Mohammadia  Alger  En voie d’expropriation pour les besoins du projet de la Grande Mosquée d’Alger 
13  Bordj El Bahri  Alger  Nécessite des investissements de normalisation 
14  Bainem  Alger  Infrastructures complètement à l’abandon. A réhabiliter peut servir à l’endurance à l’occasion des Jeux Africains 2007. 
15  C.H.M.Blida  Blida  Nécessite un réaménagement partiel. 
16  C.L.F. 1°R.M.  Blida  Nécessite des investissements dans l’extension des boxes et couverture de la 2ème tribune. 
17  E.P.S./ Somaa  Blida  Nécessite un investissement complet, pour accueillir des compétitions officielles. 
18  Zemmouri (SCHPM)  Boumerdès  Infrastructures à réhabiliter, cadre agréable pour le regroupement. et raids d’Endurance. 
19  Skikda  Skikda  Nécessite une réhabilitation complète. Ou délocalisation 
20  Bejaia  Bejaia  Nécessite une réhabilitation complète. 
21  Constantine  Constantine  Club en bon état, mais activité réduite par manque de financement. 
22  N.C.F.Annaba  Annaba  Difficultés de financement pour la gestion et l’entretien de l’infrastructure. Nécessite un réaménagement partiel 
23  Batna  Batna  Nécessite une réhabilitation complète. Centre à l’abondon 
24  El-Tarf  El-Tarf  Club de création nouvelle destiné aux loisirs équestres. Nécessite un investissement complémentaire pour accueillir des compétitions officielles 
25  Corso  Boumerdes  Nécessite des investissements en conflit avec l’APC de Corso 

5 – Moyens Financiers : Les sources de financements de la fédération, sont constituées essentiellement des subventions de l’état et des organismes publics (S.C.H.P.M), les recettes internes, ainsi que celles liées au sponsoring, ne représentent qu’une infime partie des avoirs de la F.E.A. 

Ces sources de financement constitues la presque globalité des recettes de la F.E.A, s’agissant des recettes secondaires, constituées essentiellement par l’apport des sponsors et autres recettes internes, même si d’une manière générale elles évoluent positivement d’année en année, elles ne pourront couvrir les besoins nécessaires au financement de toute l’activité. C’est pourquoi, il nous est difficile de mettre en œuvre le plan de développement de la discipline, en l’absence de moyens conséquents. Evolution des subventions reçues du M.J.S et S.C.H.P.M durant la période 2001 à 2007 

Années  Subvention de l’état M.J.S  Quote-part P.M.U 3% (S.C.H.P.M) 
2001  6 000 000,00  3 500 000,00 
2002  6 000 000,00  14 300 000,00 
2003  36 000 000,00  10 500 000,00 
2004  13 000 000,00  12 400 000,00 
2005  5 660 000,00  6 500 000,00 
2006  16 134 100,00  7 000 000,00 
2007  29 775 000,00  4 000,00 
Totaux  112 569 100,00  58 200 000,00 
Moyenne annuelle  16 081 300,00  8 314 285,72 

V – Environnement de la FEA : La FEA en tant qu’organisation active au sein du secteur équin et du mouvement sportif national, entretien des rapports réguliers et excellents d’une manière intense et dynamique avec l’ensemble des structures nationales et internationales. Ses principaux partenaires sont : 

§  Ministère de la Jeunesse et des Sports §  Ministère de la l’Agriculture et du Développement Rural 

§  Comité Olympique Algérien §  Direction du Sport Militaire (MDN) 

§  Société des courses Hippiques et du Pari Mutuel §  Office National de Développement des Elevages Equin et Camelin 

§  Garde Républicaine §  Fédération Equestre Internationale 

§  Fédération Equestre Arabe §  Ligues des Wilayas et Clubs Equestres   

VI – Conclusion : La situation actuelle dans laquelle se trouve le secteur équin en général et l’équitation d’une manière particulière nécessite, une sérieuse attention de la part des pouvoirs publics pour le règlement des problèmes de fond, cités plus haut, qui ne sont pas seulement d’ordre financiers, mais surtout organisationnels et réglementaires. C’est pourquoi la responsabilité qui nous incombe, pour la promotion et le développement de cette noble discipline, ne saurait être assumée seulement par la Fédération, sans le soutien effectif de tous les partenaires du secteur, ainsi que des Ministères concernés. A défaut de soutien pour la réhabilitation et la relance de cette activité, ce patrimoine ancestral risque de disparaître.   

VII – Recommandations et Suggestions : 1 – Infrastructures Equestres 

ü Récupération du complexe équestre du Caroubier pour la création de l’école nationale d’équitation, ainsi que la récupération de l’hippodrome du caroubier, pour la relance des courses sur la wilaya d’Alger, ce qui aura un impact positif sur l’accroissement des enjeux P.M.U, et par voie de conséquences une augmentation des quotes-parts aux  partenaires. ü Planification d’un plan spécial pour la réhabilitation et la promotion de l’équitation traditionnelle, par un soutien à l’organisation du salon du cheval et du dromadaire, comme c’est le cas dans beaucoup de pays, pourtant moins développé que le notre. 

ü Planification d’un plan spécial à moyen terme pour la réhabilitation des centres équestres, au moins les plus actifs d’entre eux et par région, ainsi que la promulgation d’une instruction Ministérielle, garantissant la préservation des infrastructures équestres. ü Aide à la création d’une école nationale d’équitation et des métiers liés au cheval au caroubier Alger, en associant dans l’opération Cinq Ministères (Défense Nationale, Jeunesse et Sports, Agriculture, Tourisme et Formation Professionnelle). 

ü Construction de dix (10) nouveau centres équestres dans les poles de développement suivant (Constantine (1) – Alger (3) – Blida (1) – Bouira (1) – Khenchla (1) – Oran (1) – Tipaza (1) – Tebessa (1)) 2 – Matériels et Equipements : 

ü Soutien en matériels et équipements spécifiques, notamment l’acquisition de chevaux de saut d’obstacles de haut niveau. 3 – Divers : 

ü Restructuration du secteur équin et des textes règlementaires qui le régisse. ü Relance du Salon National du Cheval et son institutionnalisation, dans le but de redynamiser l’ensemble du secteur équin et favoriser la promotion et le développement des activités équestres et hippiques. 

ü Aide spéciale pour le programme de formation ü Soutien pour une campagne de vaccination des équidés au moins une fois par année. 

ü Soutien pour une campagne d’identification du cheptel équin national. ü Intégration des associations d’éleveurs de chevaux dans le cadre du plan national de développement agricole. 

Telle sont les conclusions sur la situation de la discipline équestre en Algérie et les voies et moyens de sa réhabilitation. 


 

ANNEXE I 

STATISTIQUES DES ADHERENTS, CHEPTEL EQUIN ET CAMELIN 

AU SEIN DES CLUBS ET LIGUES EQUESTRES DE WILAYAS 

N°  Ligues  Cavalier  Chevaux  Camelin  N°  Clubs  Cavalier  Chevaux 

 

01  Tiaret  460  360    01  Garde Républicaine  52  100 

 

02  Ain Defla  250  80    02  C.H.P. Mohammadia  125  39 

 

03  El Bayedh  101  101    03  C.H.A. Caroubier  102  42 

 

04  Sétif  105  65    04  CE. Bordj El Bahri  170  52 

 

05  Relizane    05  C.H.M. Blida  19  31 

 

06  Bordj Bou Arreridj  140  275    06  C.L.F 1° R.M Blida  24  22 

 

07  Batna  15  25    07  C.E. Corso  30  05 

 

08  Mascara  33  308    08  E.P. Somaa  22  18 

 

09  Biskra  15  15    09  C.E. Tlemcen  30  09 

 

10  Tlemcen    10  C.E.A.Tiaret  89  35 

 

11  Tebessa  170  210    11  C.E.Mostaganem  60  49 

 

12  Saida  210  140    12  Mihmez El Abbassi  45  24 

 

13  Ain Temouchent  164    13  Etrier Ornais  60  13 

 

14  Mostaganem  162  150    14  C.E Skikda  07  12 

 

15  Naama  120  200    15  C.E. Bejaia 

 

16  Tissemssilt  105  10    16  N.C.F. Annaba  05  15 

 

17  Mila  15  10    17  A.S.E.Constantine  38  19 

 

18  Oran  100  90    18  C.E. Batna 

 

19  Ouargla  150  10  200  19   C.E El Taref  29  10 

 

20  Khenchla  33  120           

 

21  Souk Ahras  85  44           

 

22  Ghardaia  170  00  300         

 

23  M’Sila  73  97           

 

24  Oum El Bouaghi  25  15           

 

25  Sidi Bel Abess  160  147           

 

26  Chlef  170  200           

 

 

TOTAL  2867  2926  500    TOTAL  907  500 

·       TOTAL CAVALIERS                        : 3774 

·       TOTAL CHEVAUX                          : 3426 ·       TOTAL CAMELIN                           : 500